Skip to content

La Loi LOM permet des innovations pour la mobilité des entreprises

Gestion de flotte   >   Fiscalité et réglementation

Les mobilités vertueuses ont le vent en poupe et la loi LOM, adoptée fin 2019, a accentué cette dynamique. Son but : accompagner et promouvoir un changement des habitudes de déplacements, en repensant notamment les trajets domicile-travail. Avec le Plan mobilité, les entreprises ont désormais des obligations en matière de mobilité durable Quelles solutions de mobilité vertueuse peuvent utiliser vos collaborateurs ? Quelles sont les nouvelles tendances et quelles seront les innovations pour demain ?

 

Par Anne - Publié le 15/09/2020

Lecture : 4 min


Homme en costume allant au travail à vélo

Les mobilités vertueuses ont le vent en poupe et la Loi d'orientation des mobilités (LOM), adoptée par les députés à l'Assemblée nationale fin 2019, a accentué cette dynamique. Son but : accompagner et promouvoir un changement des habitudes de déplacements, en repensant notamment les trajets domicile-travail. Avec le Plan mobilité, la loi s'est enrichie avec des obligations à destination des entreprises, pour la mise en place d'actions concrètes en matière de mobilité durable, à l'image du Forfait Mobilités durables

Instauré au printemps 2020, ce dispositif, exonéré de cotisations sociales pour les entreprises, permet aux salariés de bénéficier d'une prise en charge de leurs frais d'abonnement, dans la limite d'un montant de 400 euros par an (en cas de cumul du forfait mobilité durables et d'une indemnité liée aux transports en commun, ce plafond reste inchangé)… Quels dispositifs de mobilité vertueuse peuvent utiliser vos collaborateurs pour se rendre sur leur lieu de travail ? Quelles sont les nouvelles tendances et quelles seront les innovations pour demain ?

Les solutions de mobilité vertueuse classiques

Les transports en commun ont évidemment leur place dans la loi LOM pour les trajets quotidiens : métros, bus, trams... Pour les distances plus longues, les pouvoirs publics militent activement pour le train, afin de réduire les vols nationaux, trop coûteux écologiquement. Parallèlement, les modes de déplacement individuels actifs, vélo et marche à pied, ainsi que les rollers et surtout la trottinette, connaissent un véritable essor, notamment en milieu urbain, pour le dernier kilomètre
 

Selon l’ADEME (Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie), la trottinette et le vélo sont les moyens de transport les plus rapides pour des distances inférieures à 6 km. Effectuer un trajet à vélo de 10 kilomètres entre son domicile et son lieu de travail chaque jour pendant un an permettrait ainsi d’éviter 700 kg d'émissions de CO2.

Pour lutter contre l’autosolisme (terme qui désigne le fait d'être seul dans sa voiture), vous avez également la possibilité de vous tourner vers les plateformes de covoiturage, qui constituent une solution judicieuse pour les trajets de courte distance du domicile au lieu de travail. Ces procédés permettent de libérer des places de parking, d’optimiser les déplacements des employés, de faire des économies sur le budget mobilité, de renforcer les liens sociaux et de compléter le maillage des transports en commun.

La mobilité électrique, locomotive de la mobilité urbaine

La micro-mobilité électrique fait de plus en plus d’adeptes depuis quelques années. Très prisé, le vélo à assistance électrique (VAE) permet d'effectuer de plus longs trajets en se fatiguant moins qu’avec un vélo classique. D’autres moyens de transport ont en outre fait leur apparition dans les rues : les Engins de déplacement personnels motorisés (EPDM), notamment électriques (e-EDP).

En premier lieu : la trottinette, pratique car pliable, avec un vaste choix de modèles pour séduire un maximum d'usagers potentiels. La gyroroue, simple à utiliser, le gyropode (ou segway), l’hoverboard ou encore le skate électrique, se sont également fait une place dans les rues. En ville, la micro-mobilité électrique touche d'ailleurs un public de plus en plus large. Les e-EDP ont ainsi quitté leur statut ludique initial pour devenir de véritables moyens de transport utilisés par les plus de 30 ans.

Le partage de véhicules, une tendance qui prend de plus en plus de poids

Les véhicules partagés représentent une alternative pertinente à la possession d’un véhicule individuel. Une pratique de plus en plus sollicitée se développe en ce sens : le free-floating. Ce procédé pousse le libre-service à son maximum : les véhicules sont partagés sans station ni bornes d'attache, pour permettre de se rendre d'un point A à un point B. 

Via des applications mobiles dédiées, les adeptes du free-floating peuvent localiser le véhicule le plus proche de leur choix (trottinettes, vélos, scooters...) et les déverrouiller pour les utiliser avant de les verrouiller à la restitution qui doit se faire dans la zone de couverture définie par l'opérateur. Le tarif des prestations inclut la location, l’assurance, l’entretien, ainsi que le carburant ou l’énergie le cas échéant.

Le partage « en boucle » est une autre solution de plus en plus prisée. Quelle différence avec le free-floating ? Les emplacements sont réservés et les véhicules doivent généralement être rapportés à leur emplacement d’origine. Bien que l’offre soit encore très localisée, et plutôt accessible aux habitants du centre des grandes aires urbaines, le phénomène s’étend de plus en plus aux villes moyennes.

La flotte partagée en entreprise, la souplesse à moindre coût

La flotte traditionnelle, avec un véhicule pour un seul salarié, est coûteuse et peu vertueuse sur le plan écologique. Vous souhaitez optimiser votre flotte sans entraver les besoins de mobilité de votre entreprise ? La voiture de société partagée est un concept porteur. Grâce à la mise en place d'une flotte partagée, multimodale ou non, vous offrez à vos collaborateurs la flexibilité qu’ils attendent, tout en réduisant vos coûts. Une tendance qui va s’affirmer dans les prochaines années. Vélos électriques et voitures électriques, installation de bornes de recharge : profitez-en pour amorcer ou renforcer la transition énergétique de votre flotte automobile.

Loi LOM, plan de mobilité et transition énergétique : quelles solutions de mobilité pour demain ?

Selon des études, 70% des personnes vivront en milieu urbain et 27 mégapoles compteront entre 10 et 20 millions d’habitants en 2050. La mobilité va continuer à évoluer pour répondre aux problématiques de congestion du trafic, de sécurité routière, de stationnement, d’empreinte environnementale et de santé publique. En pleine mutation, le transport est déjà marqué par la transition énergétique et le véhicule partagé. Le paysage de la mobilité va également évoluer avec l’avènement du véhicule autonome et de la multimodalité renforcée, qui s'accompagnera d’un bouquet de services offrant un accès à toutes les mobilités de manière simplifiée.