Skip to content

Les services de free-floating bousculent la mobilité au sein des entreprises

Gestion de flotte > Services et équipements

La vague du free-floating, service de partage de véhicules sans attache, a déferlé dans les villes, modifiant le paysage des transports et bousculant la façon de se déplacer. Mais comment fonctionne le free-floating ? Quels sont ses avantages et les solutions existantes ? Quel peut être son impact sur les habitudes de mobilité des entreprises ? Faisons le point.

 

Par Anne - Publié le 30/10/2020

Lecture : 4 min


Vélos et trottinettes en ville en libre-service

Définition du free-floating : comment ça marche ?

Le free-floating est une forme de mobilité partagée sans station d’attache et le plus souvent sans réservation. Adieu les bornes, bienvenue au paradis du libre-service : vous prenez et laissez le véhicule à n’importe quel endroit situé dans la zone de couverture de l’opérateur. L’électro-mobilité est au coeur du free-floating. Une manière de se déplacer futée et écolo qui séduit un public de plus en plus large. 

Les véhicules proposés à la location (vélos, trottinettes, scooters et voitures) sont localisés à partir d’une application mobile. L’usager déverrouille et verrouille l’engin choisi avec son téléphone portable. Le paiement s’effectue après l’utilisation, à l’aide d’une carte pré-enregistrée.

 

 

Le free-floating, un marché jeune en pleine mutation

En quelques années, de nombreuses start-up et opérateurs ont inondé le marché, avec des débuts particulièrement compliqués. Les choses ont toutefois bien changé depuis l'arrivée des premiers acteurs du secteur. D’une part, ces derniers ont amélioré la gestion de leurs flottes, qu’ils tendent à remplacer par des engins plus résistants. D’autre part, face à la déferlante, les pouvoirs publics sont passés à l’action pour réguler le marché. 

Depuis la LOM (Loi d’Orientation des Mobilités), les municipalités peuvent imposer un cahier des charges aux opérateurs, dont les services sont désormais subordonnés à l’obtention d’une autorisation préalable et d’un titre d’occupation. Par ailleurs, le gouvernement a ajouté au Code de la route une section à l’intention des EDPM (Engins de Déplacement Personnel Motorisés), qui définit des règles d’usage et de comportement routier.

Les grandes villes ont imposé des règles, notamment aux trottinettes (vitesse bridée, emplacements dédiés au stationnement, interdiction de rouler sur les trottoirs, usage limité à une personne, taxes et sanctions…) et certaines font le tri parmi les opérateurs. Ainsi, Paris a sélectionné trois opérateurs de trottinettes, sous licence pendant deux ans : Lime, pionnier du marché, Dott et Tier Mobility.

En quoi le free-floating peut-il changer les habitudes de déplacement ?

Particulièrement adaptée au milieu urbain, la micro-mobilité participe à l’évolution des pratiques, permettant de réduire la part de la voiture individuelle dans les déplacements, y compris au travail. Pour les entreprises, ces questions sont devenues pertinentes : le free-floating est une piste à explorer pour réduire l’impact environnemental des déplacements dans le cadre du travail et garder la main sur le budget de votre flotte. 

Vélos (VFF) et trottinettes (TFF) en free-floating répondent parfaitement aux besoins de mobilité courte et moyenne distance, de 1 à 10 kilomètres. Les vélos à assistance électrique (VAE) permettent d’effectuer des trajets plus longs, de plusieurs dizaines de kilomètres. La micro-mobilité en free-floating peut remplacer les trajets effectués en voiture individuelle, pour se rendre au travail ou à un rendez-vous professionnel. Elle peut aussi remplacer les trajets à pied ou en transport en commun, ou être combinée avec ces derniers.

Les scooters et les voitures en free-floating, plus classiques mais tout aussi pratiques, peuvent être privilégiés par les utilisateurs qui doivent parcourir plus de 10 km ou affronter les embouteillages aux heures de pointe. Presque exclusivement électriques, les scooters sont proposés en free-floating dans 99% des cas et leur batterie possède généralement une autonomie d’environ 60 km. Quant aux voitures, selon l’Observatoire des nouvelles mobilités des Echos, 26% des véhicules proposés en autopartage sont en free-floating et parmi eux 44% sont électriques.

L’offre de services de transport en free-floating

On compte aujourd’hui plusieurs dizaines de milliers de véhicules en free-floating et de nombreux opérateurs en France. Trottinettes et vélos sont les plus nombreux, suivis des scooters et des voitures, dont les flottes sont moins importantes. 

 

Les trottinettes en free-floating (TFF)

A ce jour, une douzaine d’opérateurs de TFF se partagent le marché et la concurrence fait rage, mais les tarifs se rejoignent, sur le principe d’un coût au déblocage puis d’une facturation à la minute d’utilisation.

Les vélos en free-floating (VFF)

Il y aurait plus de 15 000 VFF dans l’Hexagone et le free-floating représenterait 20% de l’offre de vélos partagés. Citons deux acteurs qui se distinguent en termes d’innovation : Pony Bikes et Oribiky. Le premier a fait évoluer le business model du free-floating avec un concept disruptif : la flotte haut de gamme décentralisée qui appartient à ses utilisateurs. Le second a lancé « le VAE le plus sécurisé de France » en mode 100% digital, avec des offres distinctes pour les collectivités, les entreprises et le grand public. 

 
Les scooters en free-floating 

L’offre est encore limitée dans l’Hexagone. Les deux principaux opérateurs sont INDIGO® weel et CityScoot. Pour accompagner le déconfinement, ce dernier a lancé une offre dédiée aux entreprises, avec des crédits de 100 minutes d’utilisation. 

 

L’autopartage en free-floating

Si le réseau Citiz, avec ses voitures « Yea! » a été le pionnier en France, le leader du marché est désormais ShareNow (fusion de Car2Go et DriveNow), présent dans 20 villes d’Europe, dont Paris où 3 millions d’usagers se partagent une flotte de plus de 20 000 véhicules. A Paris, il faut aussi compter avec Free2Move, Moov’in (ADA) et Zity. A Marseille, Aix, Avignon et Grenoble, Totem Mobi propose des modèles de Renault Twizy.

 

 


Pour aller plus loin


Retour