Skip to content

Les nouvelles mobilités au service de la transition écologique

Gestion de flotte > Services et équipements

2020 aura été une année propice au recours aux mobilités alternatives, en adéquation avec la transition énergétique amorcée et dans un contexte sanitaire chamboulé par la pandémie liée au COVID-19. Face à cette accélération des nouveaux usages, les entreprises ont été obligées d'être réactives et de s'adapter pour fournir à leurs collaborateurs un cadre d'application permettant d'intégrer ces nouvelles mobilités dans leurs pratiques. Un enjeu fort sur le plan organisationnel mais aussi pour le développement d'une politique RSE innovante en vigueur au sein des sociétés.

 

Par Nikolas - Publié le 18/01/2021

Lecture : 4 min


Femme à trottinette nouvelles mobilités urbaines

La Loi d’orientation des mobilités a permis l’explosion des nouvelles habitudes de mobilité

Texte de référence consacré aux nouvelles mobilités et promulgué par l'Assemblée nationale fin 2019, la Loi d'orientation des mobilités comprend de nombreuses dispositions qui vont permettre une évolution plus rapide vers des habitudes inédites. L'objectif ? Favoriser le développement de solutions de mobilités alternatives pour permettre de tourner plus facilement la page de la voiture individuelle, qui ne répond plus aux enjeux climatiques portés par le gouvernement, en accord avec les objectifs pris à l'échelle européenne. Parmi les principaux changements amenés par la LOM, on peut citer le Forfait Mobilités Durables, dont l'objectif est de révolutionner un déplacement qui concerne l'ensemble des professionnels : le trajet domicile / travail. 

Fixé initialement à 400 euros par an et revalorisé à 500 euros par an depuis le 1er janvier 2021, cette aide exonérée de cotisations sociales pour les entreprises permet à ces dernières de prendre en charge les frais d'abonnement à des outils et engins de mobilité vertueux et parfaitement adaptés aux déplacements urbains : trottinettes et vélos électriques ou non, scooters électriques, mais aussi transports en commun (dans ce cas, le Forfait mobilités durables est cumulé avec toute autre aide accordée par l'employeur, toujours dans la limite de 500 euros annuels).

Vélos, trottinettes et scooters électriques, free-floating… Les nouvelles mobilités ont investi les zones urbaines

Avec l'émergence de modes de transport alternatifs, les équipements et nouvelles pratiques de mobilité se sont fait une place de plus en plus importante dans le paysage urbain, notamment dans les zones denses de population comme les grandes métropoles et leurs agglomérations. Les offres de mobilité ont ainsi logiquement connu un essor significatif, sous l'impulsion de start-up innovantes désireuses de proposer des services novateurs et facilement accessibles à leurs utilisateurs.

Vélos et trottinettes accessibles en free-floating (pratique permettant d'utiliser et de déposer un véhicule librement dans une zone de couverture définie par l'opérateur de mobilité, et pas nécessairement à une borne fixe), scooters électriques en libre-service, mais aussi gyroroues, rollers... Les innovations ne manquent pas pour se réapproprier l'espace urbain et pour répondre aux besoins quotidiens de déplacement.

Les collectivités locales mobilisées pour le déploiement des nouvelles mobilités dans leurs territoires 

Cette redistribution des cartes est également rendue possible par les collectivités locales, particulièrement sensibles aux bénéfices des nouveaux modes de transport en termes de transition écologique mais aussi des atouts qu'ils peuvent représenter en termes de sécurité dans leurs territoires. 

En accordant des espaces de plus en plus larges à ces nouvelles mobilités (pistes cyclables, zones de rencontres, etc.) et en réduisant la vitesse maximale sur les routes au sein de leurs communes, elles espèrent désengorger le trafic sur leurs routes, améliorer le quotidien de leurs riverains par une meilleure qualité de l'air et par des nuisances sonores amoindries et diminuer l'accidentologie grâce à une sensibilisation collective à la pertinence de ces nouveaux modes de transport.

Les élus locaux n'hésitent ainsi pas à soutenir les opérateurs de mobilité à déployer leurs offres dans leurs zones urbaines, à l'image du vélo qui a gagné ses lettres de noblesse dans la Ville de Paris depuis plusieurs années.

La voiture a encore une belle carte à jouer… avec l’autopartage et le covoiturage

Si la voiture individuelle a de moins en moins bonne presse dans les grandes ambitions nationales, ce véhicule demeure incontournable dans une multitude d'activités du quotidien. Les entreprises sont toutefois de plus en plus invitées à repenser les pratiques de leurs collaborateurs pour les trajets entre leur domicile et les locaux professionnels, en favorisant le recours à des usages collaboratifs comme l'autopartage entre les collaborateurs de votre société, ou le covoiturage, là encore en profitant des offres de mobilité basées sur cette pratique. 

A la clé : des échanges plus fréquents entre les équipes, ce qui peut favoriser la cohésion interservices, mais aussi et surtout un impact écologique fort grâce à la division du nombre de trajets chaque jour grâce à des itinéraires permettant à plusieurs salariés de se rendre au bureau avec un seul et même véhicule.

Quels sont les enjeux et les impacts des nouvelles mobilités pour les entreprises ?

Pour les entreprises, il y a là un défi d'envergure à relever, après des décennies marquées par l'omniprésence de la voiture individuelle. La nécessité d'intégrer les nouvelles habitudes de mobilité dans leur quotidien et dans leurs habitudes sont autant un enjeu de responsabilité sociétale qu'une attente forte des collaborateurs, particulièrement sensibles au développement de ces usages alternatifs. 

L'instauration d'un plan de mobilité constitue en ce sens un point de départ particulièrement pertinent puisqu'il permet de fixer un cadre précis, conforme aux spécificités de l'entreprise, aux besoins précis de vos collaborateurs ainsi qu'aux services disponibles dans votre localité d'implantation (les usages soutenus par les entreprises dans le cadre d'un plan de mobilité seront ainsi forcément différents entre une entreprise en plein coeur de la capitale et une entreprise dans une ville plus modeste ou en zone rurale ou semi-rurale).

Le point essentiel dans la mise en place d'une politique de mobilité ouverte aux nouvelles pratiques consiste à identifier les usages qui peuvent :

  • Améliorer le quotidien et le confort de vos collaborateurs, ce qui aura des répercussions positives sur leur engagement et leur productivité grâce à une flexibilité et à un souci de leur qualité de vie au travail
  • Maintenir une organisation stable et un bon déroulement de vos activités économiques
  • Valoriser l'image de votre entreprise, en contribuant concrètement à la généralisation de mobilités conformes aux enjeux de demain.
     

 

 


Pour aller plus loin


Retour