Skip to content

Trajets domicile / travail : le vélo, solution de mobilité urbaine

Gestion de flotte > Services et équipements

C’est l’une des composantes essentielles d’une stratégie de mobilité durable. Le vélo prend aujourd’hui une place de premier ordre dans un nombre croissant d’entreprises qui encouragent son usage pour les trajets domicile-travail. A la clé : de nombreux avantages pour les salariés, mais aussi les employeurs.

 

Par François - Publié le 27/11/2020

Lecture : 4 min


Professionnel qui va faire un trajet à vélo

Itinéraire et durée de trajet domicile / travail : le vélo trace sa route dans les métropoles

Vous l’avez probablement remarqué : le vélo a gagné du terrain en ville ces dernières années. Multiplication des offres en libre-service, mise en place de pistes dédiées ou de stations intermodales concentrant une offre de transports variée… La pratique du vélo a augmenté de 30 % en Ile-de-France entre 2010 et 2018, selon les données d’Ile-de-France Mobilités. Une progression observée dans de nombreuses métropoles comme Lyon avec une hausse de 10 % en moyenne par an ou Bordeaux (+ 50 % entre 2015 et 2019). C’est aussi le cas « dans les villes moyennes comme La Rochelle où le vélo représente 8 % de la part modale », souligne une étude d’avril 2020 sur l’impact économique et le potentiel de développement des usages du vélo en France menée par les cabinets Inddigo et Vertigo Lab pour la Direction Générale des Entreprises, la Direction Générale des Infrastructures, des Transports et de la Mer, l'Agence de la Transition Ecologique (Ademe) et la Fédération Française de Cyclisme.

Une progression qui s’observe tant pour les loisirs que pour les trajets professionnels des salariés. « Dans le centre-ville des grandes villes, le vélo se développe principalement auprès des actifs pour les déplacements domicile-travail », précise même l’étude Inddigo / Vertigo Lab. Elle explique ainsi qu’« à Grenoble, les déplacements à vélo (…) atteignent 15 % [de l’ensemble des trajets domicile-travail] ». Un phénomène que l’épidémie de Covid-19 n’a fait qu’accentuer. De nombreux Français ont franchi le pas cette année et se rendent désormais sur leur lieu de travail à vélo. Profitant de la mise en place d’axes de circulation dédiés dans certaines villes et potentiellement d'horaires de travail plus flexibles, certains ont ainsi délaissé des transports en commun où les règles de distanciation physique apparaissaient difficiles à respecter.
 

Des négociations obligatoires pour la prise en charge des trajets domicile-lieu de travail par l’employeur

L’intérêt des salariés pour le vélo n’a pas échappé aux entreprises. De plus en plus d’entre elles décident ainsi d’intégrer ce mode de transport à leur stratégie globale de mobilité, tout particulièrement pour les déplacements domicile-travail. Une volonté que les sociétés de plus de 50 salariés peuvent notamment porter dans le cadre des négociations annuelles obligatoires. La loi d’orientation des mobilités de fin 2019 impose en effet désormais que la mobilité des salariés entre leur domicile et le travail fasse partie des sujets abordés, y compris avec les délégués du personnel, à cette occasion. Le but étant notamment d’inciter à « l’usage des modes de transports vertueux ».

Si aucun accord n’est alors trouvé, les entreprises doivent élaborer un plan de mobilité employeur. Il a pour objectif une meilleure efficacité des déplacements liés à l’activité de l’entreprise et vise à réduire tout à la fois les émissions de polluants et la congestion des infrastructures et moyens de transports. Ce plan doit, selon le Code des transports, inclure « des dispositions concernant le soutien aux déplacements domicile-travail [du] personnel, notamment le cas échéant concernant la prise en charge [de] frais ».

Un forfait mobilités durables pour encourager les salariés à aller au travail à vélo

Quelles mesures déployer pour accompagner le développement du vélo pour les trajets domicile-travail, et plus généralement la mobilité durable des salariés ? La Loi d’orientation des mobilités a introduit un nouveau dispositif en ce sens : le forfait mobilités durables. Entré en vigueur le 10 mai 2020, il permet aux employeurs d'assurer la prise en charge, s’ils le souhaitent, des frais de transports personnels des salariés entre le domicile et le travail dans la limite d'un montant de 400 euros par an (500 euros par an à partir du 1er janvier 2021). Les vélos, électriques ou non, entrent naturellement dans ce dispositif. Un forfait qui est cumulable avec la participation de l’entreprise au titre de l’abonnement aux transports en commun, et qui a pris la suite d’une précédente mesure, l’indemnité kilométrique vélo.

De nombreuses autres solutions peuvent être mises en place pour encourager les salariés à privilégier les deux-roues pour se rendre sur leur lieu de travail : implantation d’un garage à vélo avec un matériel de gonflage, déploiement d’un service gratuit d’entretien et de réparation…. Certaines entreprises décident également de mettre une flotte de deux-roues à disposition de leurs collaborateurs, dans le respect de certaines conditions internes. Un investissement qui donne droit à une réduction d’impôts auprès de l'Administration fiscale, dans la limite de 25 % des frais engagés, ce qui demeure intéressant d'un point de vue financier.

Déplacements des professionnels à vélo : de nombreux atouts pour le temps de trajet travail / domicile

Le développement de la pratique du vélo présente de nombreux avantages pour les entreprises. Il s’agit tout d’abord d’une démarche RSE (Responsabilité sociétale des entreprises) qui témoigne de leur implication dans la lutte contre la pollution environnementale et en faveur du bien-être des salariés. Des salariés qui ont ainsi la possibilité d'adapter leur parcours grâce à des options alternatives à la voiture de fonction pour se rendre au travail et, bien souvent, de réduire la durée de leur trajet et d'y gagner en termes de temps de travail effectif.

Encourager l’usage des deux-roues est aussi un moyen d’agir positivement sur la santé des collaborateurs. De fait, cet exercice physique a de multiples intérêts : renforcement du système cardio-vasculaire, réduction des graisses ou encore amélioration du métabolisme. Des salariés en meilleure forme physique : un atout pour limiter l’absentéisme et accroître la productivité de l’entreprise.

C’est enfin également l’occasion d’améliorer la qualité de vie au travail et de mener un projet renforçant la cohésion d’équipes et la fidélité de ses collaborateurs. L’entreprise peut ainsi travailler positivement son image en interne, mais aussi en externe, en valorisant le développement l'utilisation d'un véhicule propre tel que le vélo à travers sa marque employeur. Un moyen efficace pour accroître son attractivité et attirer de jeunes talents.

 

 


Pour aller plus loin


Retour