Skip to content

Les voitures radar privatisées sont entrées en service !

Mobilité & Innovation   >    Marché, tendances et actus

Après quelques mois de tests, les voitures radar appartenant à des opérateurs privés sont entrées en service ce printemps 2018. Les premières contraventions ont été envoyées…

 

Par Fabien - Publié le 02/05/2018, mis à jour le 18/09/2019 

Lecture : 1 min


 

visuel65-lancement-radars-prives-refonte.jpg

 

La société Mobiom est la première entreprise privée à conduire des véhicules embarquant des radars mobiles en service. En effet, cinq voitures banalisées ont dressé les premières contraventions en avril 2018, en Normandie. Elles seront prochainement rejointes par 26 autres véhicules du même type, avant une généralisation du dispositif à l’échelle nationale.

Radars privatisés : des mesures de vitesse très discrètes…

Concrètement, les entreprises privées n’ont aucun pouvoir d’action sur le système de mesure de vitesse embarqué. Celui-ci reste en effet sous le contrôle entier des forces de l’ordre. Cette technologie, partiellement située dans la plaque d’immatriculation des véhicules, relève les excès de vitesse en toute discrétion, grâce à un flash infrarouge non visible à l’œil humain. Le conducteur du véhicule est chargé d’une seule tache : effectuer un trajet précis, décidé en fonction des routes les plus accidentogènes.

 

Quelles marges de tolérance ?

Les marges de tolérance appliquées à ces nouveaux radars sont les mêmes que pour les autres radars mobiles : -10 km/h (si vous roulez sous les 100 km/h) ou -10 % (si vous roulez au-dessus des 100 km/h). Par exemple : si vous roulez en ville, le radar se déclenchera à partir de 61 km/h, pour une limitation de vitesse à 50 km/h. Pour aller plus loin et comprendre comment fonctionnent les marges de tolérance, lisez notre article « Marges de tolérance des radars : halte aux idées reçues ! ».

 


Pour aller plus loin


 

Retour